Informaticiens autodidactes

freelance-ats-recrutement-jobskills-itskills-autodidacte

 jobSkills.center publie régulièrement des sondages sur la plateforme Linkedin.
L’un d’eux portait sur l’adéquation du métier d’informaticien avec une formation autodidacte.
La profession est fréquentée par bon nombre d’autodidactes tombés dans la marmite quand ils étaient petits ou plus tardivement pour d’autres. 

Formation autodidacte et informatique

Se former seul à l’informatique est tout à fait possible et les profils qui peuvent en attester se comptent par milliers.
Bien sûr, j’entends déjà les profils licenciés en informatique affirmer que l’apprentissage ne peut être que très basique et/ou ne fournit pas la même “qualité” de savoir-faire.
Quoi de plus normal que de défendre de longues années d’études et des diplômes si durement obtenus !
Mais dans une logique purement pédagogique, se former à l’informatique s’apparente à se former à la cuisine ou au bricolage.

Pour se former il faut commencer par acquérir l’outillage nécessaire à l’exercice de son activité.
Pour appréhender l’univers de l’infrastructure par exemple, serveurs, switches, câbles, baies, licences logiciel, etc vont nécessiter un peu de place et des moyens financiers.

Les concepts du développement seront quant à eux moins gourmands en surface mais pourront nécessiter des licences de compilateur ou de SGBD.
Les langages et bases de données open-source téléchargeables et gratuits ont d’ailleurs largement contribué à développer ce modèle d’apprentissage.
Enfin le job de chef de projet nécessitera une assimilation des processus, que cela soit côté métier ou côté organisation et suivi des travaux.

Rien d’impossible donc, surtout lorsque l’on est motivé.

Besoin de reconversion professionnelle et de vivre sa passion 

De manière générale, apprendre seul est très souvent motivé par un intérêt fort porté à une  activité ou un hobby. 

Dans la plupart des cas, l’apprentissage autodidacte de l’informatique apparaît dans des situations de reconversion professionnelle motivée à la base par l’expression d’une passion.
Le geek hacker, passionné par les sites obscurs, développera ses connaissances en protocole IP et cherchera à implémenter des configurations systèmes et réseau.
Le geek fullstack se réveille la nuit pour sauter sur son clavier et résoudre les bugs des lignes de codes de sa journée.

Bien sûr, il y a également l’appel d’un secteur professionnel dynamique qui ouvre des possibilités à celles et ceux en recherche d’un emploi. Néanmoins la majorité des personnes autodidactes en informatique ont fait le choix d’acquérir ces compétences par passion du domaine d’activité.

Autodidacte et validation des acquis

L’une des grosses difficultés de l’autoformation et d’une démarche autodidacte est la validation des acquis.
Si l’autodidacte à la chance d’être intégré à une équipe projet, il pourra ainsi confronter ses connaissances avec celles des autres membres de l’équipe, les renforcer et démontrer à l’issu de la mission une expérience acquise sur le tas.
Mais quid d’un profil en recherche d’un emploi ou d’une mission ?
En se formant tout seul, démontrer à ses potentiels futurs employeurs et se confirmer à soi-même sa compréhension d’un concept ou de la logique d’une technique peut passer par le passage de certifications.

Heureusement dans ce domaine, il existe pléthores de certifications que chacun peut individuellement passer dans l’un des nombreux centres Person Vue ou Prometric .

Les moyens existants pour se former 

Pour acquérir la connaissance et/ou se donner les chances de réussir sa certification, il existe plusieurs pistes de formation :

  • Rejoindre une session en centre de formation (Orsys, M2i, Agenius, etc.) et bénéficier d’un soutien de financement via son compte formation 
  • Rejoindre des sessions MOOC payantes ou gratuites pour suivre à distance des leçons sur les sujets recherchés. Certains cours comportent des évaluations continues et délivrent des diplômes en fin de session, sous réserve d’avoir obtenu les points minimums requis aux QCM bien entendu.
  • Acquérir des ouvrages pédagogiques pour lire et apprendre le sujet concerné sans assistance. A noter la riche bibliothèque des editions ENI qui délivre de très nombreux contenus de qualité sur les technologies du monde informatique. 

Autodidactes et recherche de missions

Une fois formé, voire certifié et/ou diplômé, reste à trouver du travail ou des missions.

Les critères prédominants du recrutement en France sont :

  • le cursus d’étude suivi (Bac et bac +) et les diplômes obtenus
  • les certifications disponibles 
  • l’expérience acquise au sein de missions précédentes
  • les références disponibles 

Autant dire que l’autodidacte qui ne saura démontrer un niveau minimal satisfaisant sur l’un de ces quatres points à quasiment aucune chance de décrocher le graal.

Culturellement, en France, dans le processus de recrutement, une attention particulière est mise sur le niveau et cursus d’étude initial, alors que les pays anglo-saxons portent une attention plus particulière sur les aspects du savoir-être du candidat avec notamment l’enthousiasme, l’énergie, la motivation qu’il dégage.

Finalement, se former en complément à l’anglais ne serait-il pas la solution pour les autodidactes ?  😉